DDVAC

Douceur de vivre au cœur

« Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse »

– f.NIETZSCHE, Ainsi parlait Zarathoustra, « Prologue », §5, 1885

Articles récents

Iris. Chapitre 10 – Femme, ton premier enfant, c’est toi

« [Ado] j’étais animée d’une révolte viscérale ayant grandi dans un contexte rigide et de violences passées sous silence. Ce sont ces non-dits que j’aimerais aborder ici. Ces interdits transmis de générations de femmes en générations de femmes (…) Alors les copines, parlez votre expérience, comme dit le titre de ce billet. « Parler » c’est extérioriser et élaborer ce qui se passe en vous. Le travail thérapeutique y aide beaucoup. Parler son expérience, c’est donc donner du sens, intérieurement, à son vécu. Mais c’est aussi en communiquer tout l’enjeu à autrui. La révolution des femmes est peut-être, encore plus aujourd’hui, dans la lucidité de son monde intérieur, le soin apporté à ses blessures et le courage de s’ouvrir à la vie et poser sa pierre à l’édifice. » – DdVaC

Hestia- Chapitre 15. « A 20h, c’est dans le cœur ! »

Découvrez dans ce texte comment notre retraite à l’Abbaye Notre Dame de Fidélité a changé notre conception du travail.
« Après plusieurs mois de tumulte émotionnel, je décidais en mars dernier, pour la première fois, de faire une retraite à l’Abbaye Notre Dame de Fidélité située à une quarantaine de km de Marseille. (…)Cette retraite s’est avérée bouleversante et très riche pour moi. J’ai trouvé ce que j’étais venue chercher, et bien plus encore. L’humanité et la bienveillance des sœurs hôtelières nous rappellent que nous sommes toutes et tous liés par la vie, ses chemins de doute, de joie ou de tristesse. » – DdVaC

Hestia- Chapitre 14. ‘Seule toi sais’ de Louison Castelle : Le sentier littéraire de l’anorexie mentale

Nous avons le plaisir d’accueillir sur DDVAC la contribution de l’auteure Louison Castelle qui nous fait l’honneur de partager avec nous son cheminement intérieur et littéraire pour l’écriture de son roman ‘Seule Toi Sais’. Le texte suivant est à la fois passionnant et bouleversant. Il nous permet d’observer le processus créatif de notre romancière et la manière dont cet élan créatif permet de soutenir l’expression, en quelque sorte, de la maladie. Ici, l’anorexie mentale. Bonne lecture !

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer